Se connecter

une bouffée d’oxygène pour les TPE en difficulté !

4 ans de plus ! C’est désormais officiel : les petites entreprises confrontées à des difficultés financières pour rembourser leur prêt garanti par l’État (PGE) pourront bel et bien bénéficier d’un étalement de leur dette sur une période de 10 ans au maximum (au lieu de 6 ans actuellement) et d’un report de 6 mois du versement de leur première échéance dans les cas les plus délicats (octobre au lieu de mars 2022).
L’accord de place signé le 19 janvier dernier entre Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France et Nicolas Théry, président de la Fédération bancaire française (FBF), est entré en vigueur le 15 février 2022. C’est indéniablement une bonne nouvelle pour les petites entreprises les plus lourdement impactées par la crise sanitaire et qui ne parviennent toujours pas à sortir la tête de l’eau.

La mesure, selon Bercy, devrait profiter à 25 000 petites TPE ayant souscrit un PGE d’un montant le plus souvent inférieur à 50 000 euros. Soit un peu moins de 4% des quelque 700 000 entreprises ayant eu recours à ce prêt exceptionnel lancé en mars 2020 pour soutenir les entreprises impactées par la pandémie de Covid-19. À ce jour, l’encours total s’élève à 143 milliards d’euros, sur les 300 qui avaient été provisionnés pour ce dispositif.
En pratique, les dirigeants de TPE ayant contracté un prêt en-dessous de 50 000 euros doivent saisir la Médiation du Crédit pour obtenir un rééchelonnement de leur remboursement sur 8 à 10 ans. Soit deux à quatre années supplémentaires. Si le capital emprunté est supérieur à cette somme, ils sont invités à se rapprocher du Conseil départemental de sortie de crise qui étudiera alors les différentes solutions possibles. La démarche est confidentielle et gratuite.

Yves MARMONT
Président de la FCGA